Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 22:43

Il y aura toujours des ratés de bon sens
Mais des ratés de sens
On n’en aura jamais

Mon enfant
Tu seras lu par tous les arbres
Et je n’ai point de doute
Que ton cœur
Fait le tour des angles de la brume
Pour inventer ton chemin

Tu seras chanté par tous les mornes
Et les petits cailloux
Des nuits ouvrables
Seront les roues
Qui t’emmèneront danser
La sieste des dieux suprêmes

Parmi les conquêtes
Les mythes
Et les logiques vivantes
L’âme éduquée
A beaucoup moins de chance
D’être vaniteuse, et inutile

Et pour te faire un poème
Avec ce que l’on dit
Trop souvent
Et que l’on ignore
Que l’habitude tue la vérité
Par l’habitude

Et que l’on apprend
A questionner
Par la méthode qui peut
Déposséder l’autre de son savoir

Mon enfant
Ne soit pas aveuglé
Par les images d’aujourd’hui
Parce que celles de demain
Seront plus raffinées
Et plus fragiles

Ne compter pas sur les mystères
Car ils deviendront des sciences
Qui produiront d’autres mystères

Parce que ce monde finira
D’infini en infini
Jusqu’à l’infini le plus fin

Pour mon petit frère ce poète mort-né…

Anderson Dovilasjacmel bassin bleu 2

Repost 0
Published by Anderson Dovilas - dans Poesie
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 07:45

mornes--2-_1.jpg  

 

From hours days and weeks
From weaknesses tears and pain
I see my life above of these hassles
From dreaming of Michigan
And waking up in Haiti
I feel my heart beating
Over my limits
I smile my freedom

A thousand ways
And I live my misery
Like happiness of a thousand people
I am a mountain
A testimony of life living

I am a mountain
An old song that’s renewing
Every moment
I exist so others can share

My story
Like I bleed for the joy
Of the human beings
From where I was
And where I in vision

I am climbing my journey
Full of hopes
Full of dreams

When I can’t see my shadow
I know that my body
Become diamonds

When I can’t hear me
I am listening to someone else
I just need silence 
To restore my day
A quick look
To feel kisses dancing around me
I sleep in the dark
To feel the color of my skin
And I walk in the sun
To turn my calories to energy
Cuz I am a mountain

     

Anderson Dovilas 

Repost 0
Published by Anderson Dovilas - dans Poesie
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 06:26
maman-bebe-chat.jpg   
Justement, je t’avais promis d’habiter les villes où les matins se repoussent par les voix qui vieillissent. T’emmener voir ce beau monde qui prend son sieste sous les feuilles qui jouissent leurs libertés d’être plante. Et si possible faire un saut sur le lointain des calembours interdites soulevant l’un des défis les plus rares, comme par exemple crier à la hauteur de son âme. Mais, il n’y a pas que cela dans les grands bruits de l’automne. Ces arbres fous de danse de laurier jaune logeant l’infini des battements du cœur, cette route accablée de vitesse où l’on dit je t’aime par les tunnels. Tu as su tutoyer mes veines dans tous les angles de l’inconnu. Mais hélas ! Les matins des villes où les voix vieillissent ne repoussent plus, et ce beau monde réclamé de stresse et de regret n’a plus le visage d’ange imprimé sur la jeunesse de l’herbe. Les promesses ne peuvent plus grandir. Mais, comme le jour qui retrace son destin,  je te promets d’être la promesse recyclée dans les va-et-vient de tout ce qui nous dépasse. Maintenant, il te reste ma ville, ma voix, mes matins, mes feuilles en un monde debout comme un trou d’instant.  
 
Anderson Dovilas, In Memoire d'outre-monde.     
Repost 0
Published by Anderson Dovilas - dans Poesie
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 19:03

                                Male        

Map veye lonbray mo, poum voye parabòl lan mou ba ou. Nou pap pile menm tè, men syèl la pa mezire. Yo dim lè solèy leve bò lakay ou son vwayel an sispan lap niche, bò lakay pam li se yon demwazèl po jòn k’ap dewoule je dou. Lanmou pa janbe dlo, lamès pa gen fontyè, map veye lè van an marasa ma ekri fòm lavi pou ou.

Lè madanm ou pa la se yon rèv lwen bondye zanmi m’, tout ryèl fèmen pòt pagen kwen pou chofe. Kaban pa repozwa, se desten maladi, pale nan fèy twonpèt pa ka fè vwa gwosi. Map veye rès silans poum pyese yon souri pou ou. Mwen kouche longè kòm, m’ap ekri jan wap chanje bò nan bèl pwojè cheri. Toupatou sou latè pwoblem lòm anjandre, gen remò do bosi, se te marèl pou dous yon tan. Kijan moun dezabiye lè maryaj ranvwaye ? pwoblèm yon tas kafe, pa yon kout peny vwazinay. Men lapli kap devwale tèt mòn anba yon tan baskile se temwayaj yon move pwosè lè rezon moun likide pou dous.

Yon tikal nan Besetriye...Novanm 2012...

Anderson Dovilas

Repost 0
Published by Anderson Dovilas - dans Pwezi
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 01:32

Midi son ti lanp de fas

Malere travèse

San volonte

Pou Granmoun bon memwa

Nan ki mwa mizè bay konje ?

Tankou yon mo fransè

Kreyòl fransize

N’ap pwezire sou move dan

Pou entèlektyèl zanmi lasyan

Pouki moun fèt demen vid ?

Chaje konsèp k’ap donnen

Sou non moun

Mondyalizasyon se youn ladan yo

Nou se yon sèvolan san volan

Yon branch pwovèb san verite

Lè m’ powèt

Ma ekri tout pye bwa

San fèy…

 

Anderson Dovilas…

 

 

 

Repost 0
Published by Anderson Dovilas - dans Pwezi
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 20:29

J’ai entendu dire que ce monde

N’est pas ce qu’il était auparavant

Que les enfants n'auraient point d’azur

Que la terre n’irait pas loin

Et d’ombre à d’eau

Le silence est un acronyme

De regard jumelé de mauvaises expressions



Depuis des siècles

Les hommes ont toujours migré sur le temps

De la Guinée au nouveau-monde

Du Zimbabwe à l’Alaska

Nous avions sculpté des vagues

Pour les musées des villes modernes



Le mal et le bien existent par nos mots

Qu’en est-il de la vérité

Est-elle devenue une entité

D’intérêt porté disparu



Le rouge et le noir

Saignent

Le noir et le noir

Sont éloignés

Par complexes de ressemblance

Et par évidence d’un vivre forcé

Nous avons mal

De toutes les couleurs



N’était-ce pas ce tronc d’âme

Pour dompter les champs

Pour manger la chaîne

Pour amortir les fouets

Que seraient les grandes architectures

Des destinations touristiques?



N’était-ce pas leurs sueurs

Pour rouiller leurs os

Leurs danses

Dans les siestes de l'autre

Leurs chaires au bon repas

Que seraient les grandes avenues d'aujourd'hui?



Ils étaient sans dimanche

Sans jour de fête

Sans congé maternel

Ils étaient nus dans le froid

Brûler par le soleil



Ils étaient des mangeurs de grêle

Des dompteurs d'acier

Et des faiseurs de liberté

Leurs veines ont cousu

Les chemins de fer

Leurs cris ont fait

La bonne musique

Et leurs pas ne chaussent pas

Les traversés historiques

 

Anderson Dovilas







Repost 0
Published by Anderson Dovilas - dans Poesie
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 02:32

Pwel-nan-zo.jpg

 

Ak dènye rekèy sa a Anderson Dovilas pote pou nou an : « Pwèl nan zo », lalin pwezi sispann leve nan yon sèl katye, paske lektè nou yo bouke ak bouyon rechofe, refren ti bebe rechiya.

Pawòl pwèl nan zo sa a, ap vanse chimen l’, li fè wout pou tout moun jwenn yon ti moso silab. Dovilas se yon powèt djougan ki pa pote plim pou bèl lank. Li se yon powèt maton ki mitonnen fon kè nou ak mo byen banda pou bande venn lanmou nou. Li di lonè, nou di l’ respè. Nou ka menm di, Dovilas se powèt ki tann lè tout miray jeriko yon pèp fin kraze, epi li rekonstwi yo ak flit bèl mo. Li se rezilta rechèch estetik yon don lasirèn ba li.

Yves Poindujour

Décembre, 2008.   

...

Gen yon solèy 

Latè pral konnen 

Lè w souri

Gen yon zetwal 

Ki chape nan jansiv

Granm maten 

Lè souri w ap eple

Tout sans bèl mo

Anba vant lawouze

Men se pa sèlman solèy

Lalin 

Zetwal 

Ki degrennen nan fòm souri w

 

Si lakansyèl chanje po

Pou achte yon medat flè

Nan sezon lannuit

Si lanmè pèdi gou sèl

Si kleren pèdi gou kann

Si lawouze pèdi banda

Kouman l’ pral fè taye

Pou solèy leve.

 

...

 

Cheri tèt bouch ou

Pa ni prentan

Ni lete

Ni lotòn

Se yon sant manje

Midi

Kay vwazinay

Yon timoun fwonte

K’ap bay granmoun

Move repons.

 

Ed. Lagomatik, Montreal, 2009

Ed. Webversity, Chicago, 2012

 

Anderson Dovilas.

 

Repost 0
Published by Anderson Dovilas - dans Pwezi
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 01:22

les-IlesIl fallait bien attendre  un soir de lune pleine, pour évoquer la poésie que contient :

« Les Iles en Accent Aigu » recréent par un poète de 26 ans.

De sa Caraïbe natale il a emprunté la chaleur, l’intensité de la vie, et son livre vibre

Comme un chant d’amour, musique première de l’humanité.

Mais prenons garde à la définition qu’en donne l’auteur dans son exergue :

« Je ne t’aime pas pour t’aimer

Mais pour  m’aimer en toi » 

 

Sommes –nous en présence d’une œuvre narcissique ?

Non, car dans le miroir d’eau où le poète se penche, c’est bien le sourire d’un visage féminin qui se dessine.

Anderson Dovilas nous retrace son voyage en pays d’amour, avec tant de force et d’imagination qu’il le place d’emblée parmi les récits les plus prenants du genre.

Il mêle avec art la violence à la douceur, les eaux dormantes aux tempêtes des corps et des âmes.

 

Dans chaque poème il libère les formes et la matière pour les recomposer dans un univers d’idéale beauté. La sensualité naît sous sa plume, et l’érotisme nous emporte dans un océan de plaisir :

 

«  Nos souffles

Emphases d’extases

Bercent la rivière prise au piège

Dans nos draps fétiches  d’orgasmes »

 

Cependant Anderson Dovilas, replace ses textes sous un éclairage métaphysique :

 

« Parce qu’aimer c’est vivre l’amour de l’autre

Comme un exemplaire de soi  »

 

Amour-miroir, amour gémellaire, désir d’identification et d’union absolue, sont peut-être les aspirations essentielles et souterraines  du poète. Les ardeurs de la passion, la jouissance, le plaisir, malgré leur intensité, ne sont que des états sublimés, qui appartiennent malgré tout au domaine de l’éphémère.

L’extase ne dure qu’un moment, nous le savons ! Désespérément nous cherchons à prolonger cet instant.

 

De cette quête douloureuse surgissent des météores, des fusions d’étoiles, des comètes striant l’espace de glaces brûlantes :

 

«  Je viendrai corps et âme

Dans le cosmos averti

De l’envie d’être un être

Obèse de galaxies. » 

 

Mais les riches heures d’Anderson Dovilas recèlent également toute la douceur du monde. Ainsi les mots qu’il adresse à son petit frère Stanley :

 

«  Il est aussi vrai qu’il y a des jours

Où il ne fait jamais jour

Et des nuits qui ne se ferment jamais

Il faut dormir petit frère …. »

 

Le poète est un tendre….de ce livre il faut retenir la beauté, œuvre d’un enchanteur au lyrisme parfois biblique :

 

«  Nul vin n’est comparable

A celui de tes lèvres

Dans la communion

De nos étreintes. » 

 

La beauté épousant les folies de la passion, une écriture riche, originale,  teintée parfois de surréalisme, servie par un talent qui ne cesse de s’affirmer font d’Anderson Dovilas un auteur d’avant-garde, marqué par le souffle de l’ange.

 

                                      

                                                      Denise Bernhardt

 

                                                     Montmorency le 6 Février 2012

 

Repost 0
Published by Anderson Dovilas - dans Critique Litteraire
commenter cet article

Présentation

  • : Anderson Dovilas
  • Anderson Dovilas
  • : Des âmes nues sur le soleil Mon cœur bat froid Dans un stylo Et pour hachurer la mélodie Des miracles épuisés J'écris des vers contre nature
  • Contact

Profil

  • Anderson Dovilas
  • Anderson Dovilas was born in Port-au-Prince, Haiti, July 02, 1985. This young author has published in France, In the US, and in Canada. He has attended the State University of Haiti where he studied Linguistic and a minor in Ethnology.
  • Anderson Dovilas was born in Port-au-Prince, Haiti, July 02, 1985. This young author has published in France, In the US, and in Canada. He has attended the State University of Haiti where he studied Linguistic and a minor in Ethnology.

Recherche

Archives

Catégories